Imprimer cette page

Algerie: 15 dinars pour une baguette

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les autorités ont critiqué une coopérative de boulangers pour avoir augmenté les prix de la baguette de plus de 30 %.
Les consommateurs sont fâchés de devoir payer 15 dinars (0,13 dollar) pour leurs baguettes au lieu des 10 dinars habituels.

Les autorités ont critiqué une coopérative de boulangers pour avoir augmenté les prix de la baguette de plus de 30 %.

Les consommateurs sont fâchés de devoir payer 15 dinars (0,13 dollar) pour leurs baguettes au lieu des 10 dinars habituels.

Ils ont poussé le ministère du commerce à agir.

Les baguettes sont une affaire juteuse en Algérie, ancienne colonie française. Le pays est considéré comme le plus grand consommateur de baguettes au monde.

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 70 millions de baguettes sont cuites chaque jour en Algérie.

Depuis 1996, le prix a été fixé par décret à 8,50 dinars par baguette.

La décision de ces boulangers frondeurs a suscité l’émoi auprès des consommateurs et fait réagir le ministère du Commerce, qui a dénoncé « un passage en force illégal » et une « décision unilatérale ».

Le plus grand consommateur au monde

Il faut dire que le sujet est sensible en Algérie : 70 millions de baguettes sortent chaque jour des fournils du pays, qui est le plus grand consommateur au monde d’après la FAO. Plus important, le prix de la baguette ordinaire est fixé à 8,5 dinars par un décret exécutif datant de 1996. Un prix resté inchangé depuis, malgré les menaces répétitives des boulangers.

Si les autorités tolèrent un prix de vente de la baguette légèrement supérieur à celui décrété par l’État, une hausse supplémentaire n’est pas envisageable. Le ministère du Commerce s’est néanmoins dit prêt à entamer un dialogue avec les représentants des artisans boulangers algériens.

« Le dossier est à l’étude au niveau du ministère. L’une des solutions évoquées est un abattement sur le prix de la farine pour les boulangers. Il n’est en revanche pas question de reformer le prix de la baguette », avance Youcef Kalafat, propriétaire d’une boulangerie à Alger. D’après lui, les boulangers frondeurs sont progressivement revenus sur leur décision et « tout est rentré dans l’ordre le 6 décembre ».

La profession traverse une crise profonde

La polémique autour du prix a éclaté alors que la profession traverse une crise profonde. Depuis le début de l’année, 3 000 boulangeries ont baissé leurs rideaux, faute de rentabilité.

« En janvier, on comptait 21 000 boulangeries sur tout le territoire, aujourd’hui il n’en reste plus que 18 000. À Alger, ces quatre dernières années, le nombre de boulangeries est passé de 1 400 à 630. La plupart des boulangers qui ont fermé boutique ont changé d’activité, certains sont encore au chômage », précise enfin le président de la FNB.

 

bahdja.com - Decembre 2017

 

Lu 191 fois